1980's

101, avenue Fourth Avenue

1980s

Marion Bordier

C’est au début des années 80, après que le centre d’artistes 101 ait été lancé et après qu’un bataillon de bénévoles, y compris le conseil d’administration, ait porté 101 à bouts de bras pour un certain temps que j’ai été engagée. Je devenais le premier travailleur contractuel du « Centre d’Artistes 101 Artists’ Centre ».

Il était entendu que je faisais un peu de tout, l’accueil du public, des artistes et des médias, l’embryon d’un système d’archivage, le maintien en bon ordre de l’espace autant que faire se peut, les petites décisions au jour le jour, le recrutement des bénévoles pour les fins de semaines, l’appel des jurys, le suivi avec les artistes, les envois postaux. Dans ce temps-là, on faisait tout « à la mitaine », on écrivait l’adresse de 101 à la main, on collait des timbres et des étiquettes photocopiées, sans doute à la sauvette dans un bureau de la ville ou un bureau du gouvernement. Les ressources étaient maigres, il fallait tenir le coup encore un an ou deux pour pouvoir accéder au droit d’appliquer à une subvention de programmation artistique ou de soutien administratif. Je me souviens avoir avancé, avec mon petit chèque de paie, la somme nécessaire à un envoi postal. Parfois, après la fermeture, histoire d’économiser quelques timbres postaux, je partais à vélo déposer dans les boîtes à lettres les invitations destinées aux quelques membres qui résidaient dans le Glebe. Le classement à faire s’empilait sur le bureau, remis aux calendes grecques, faute d’avoir pu acheter les fournitures de bureau nécessaires. Le confort était « variable », selon les saisons : chauffage inexistant, ou presque, si ce n’est pour une chaufferette propice à accentuer les engelures sur les jambes, chaud en été. Que demander de plus à un deuxième et troisième étage d’une petite maison modeste ?

Le souvenir le plus vif que j’aie, c’est de voir arriver au haut du palier du 2ème étage, Ron Noganosh, jeune et fringant. Ses yeux vifs ont, en une seconde, balayé la galerie avant de se poser sur moi. Il tenait quelques feuilles de papier à la main qu’il déposa prestement sur mon bureau en disant « anyway you won’t choose me, they won’t like it, it’s not typed ». Je jetais un coup d’oeil rapide à l’écriture montante, une calligraphie changeante qui chantait presque, faisant fi des lignes, à contre-courant des divers stylos qui avaient fini leur encre, là, sur ce papier ligné, entre le bleu, le violet et finalement le rouge. À vrai dire, je n’avais jamais rien vu de pareil. Ron allait partir, alors je l’ai retenu pour lui expliquer que les choses ne se passaient pas comme ça ici parce que c’est un centre d’artistes. Il m’a toisée – encore, ce regard perçant... sur la deuxième page de sa proposition il y avait un croquis de la carte du Canada, avec des zones entourées de rouge, à lire comme des fils rouges cernant les réserves indiennes. C’était à la fois profond, renversant et acerbe. J’espère qu’un jour on retrouvera la soumission de Ron dans les archives de 101, parce que c’est tout à la fois un joyau, et une pièce à conviction.

Pour moi qui venais de recevoir mon bac, et, en tant que nouvelle canadienne, j’avais tant à apprendre, tant dans mon métier que sur les gens, leurs particularités, sans compter les mises en évidence des différentes mentalités qui m’avaient été singulièrement étrangères jusqu’à ce point. Mes pensées ne provenaient d’aucun moule, et c’était bien. Merci 101.


I was hired in the early 80s, after the 101artist-run centre was inaugurated and after the diligent efforts of an army of volunteers, including Board members, to establish 101 over a period of time. I became Centre d’Artistes 101 Artists’ Centre’s first contract employee.

It was understood that I would do a bit of everything, from welcoming the public, artists and the media, to creating the beginnings of a filing system, keeping the space as orderly as possible, making the small day-to-day decisions, recruiting volunteers for weekends, calling juries, conducting artist follow-up, and doing the mail-outs. In those days, we did everything by hand, writing out 101’s address, licking stamps and pasting labels that were no doubt hurriedly photocopied in some city or government office. Resources were limited, and we had to hold on another year or two longer before we could apply for an artistic program or administrative support grant. I recall advancing the money needed for mailing postage from my small paycheque. Sometimes, after closing hours, I would use my bike to deliver invitations to the mailboxes of a few members who lived in the Glebe to save a few stamps. The filing had to be piled on the desk and was put off indefinitely, since we had not been able to purchase the required cabinets. The office’s degree of comfort varied depending on the season, cold, with little or no heating other than a small heater that only made us more aware of our freezing legs in winter, and sweltering in the summer. What more could we expect from a second and third floor of a modest little house?

My most vivid memory is that of a young, dashing Ron Noganosh coming up to the second floor. His bright eyes quickly scanned the gallery before coming to rest on me. He was holding a few sheets of paper, which he swiftly placed on my desk, saying, “Anyway, you won’t choose me, they won’t like it, it’s not typed.” I fleetingly glanced at the upward-sloping handwriting; a changing calligraphy that almost sang, ignoring the lines, defying the various pens – blue, then purple, and finally red – that had left the last of their ink there, on that lined paper. I had honestly never seen anything like it. Ron was about to leave, so I told him that that was not how things worked here because we were an artist-run-centre. He looked at me again with that penetrating stare... The second page of his proposal showed a sketch of the map of Canada, with areas outlined in red, as if cordoning off the Indian reserves. It was deep, powerful and caustic. I hope that one day we find Ron’s submission in the 101 archives, because it is both a gem and a piece of evidence.

There was so much for me, as a recent university graduate and a new Canadian, to learn, both in terms of my profession and people and their idiosyncrasies, including the manifestations of different attitudes that were completely foreign to me until then. My thoughts did not come from any pre-established mould, and that was a good thing. Thank you, 101.

101, avenue Fourth Avenue
101, avenue Fourth Avenue
Gallery 101: Past, Present and Future
Galerie 101 : passé, présent et futur
Jennifer Dickson

In 1969, with my husband, Ron Sweetman, and our son, Bill Sweetman, I arrived in Montreal from Kingston, Jamaica, as landed immigrants. After six intensely stimulating years in Montreal, we moved in the summer of 1975 to Ottawa, by contrast a cultural waste land. Gradually we made friends in the art community: Richard Nigro, Jane Martin, Evergon, Jerry Gray, and through joining CARFAC began to be aware of cultural/political issues in the Nation’s Capital.

The coalescing of cultural and socio-political concerns led to the embryonic nascence of Gallery 101 at 101 Fourth Avenue in the Glebe, and its subsequent incorporation in 1981. Although I attended events at Gallery 101 from 1980 onwards, I first participated in a group exhibition “Images of Sexuality” in 1985, at the invitation of Marie-Jeanne Musiol.

Gallery 101 moved location in 1987 to 319 Lisgar Street. This building, at the corner of Bank and Lisgar Streets, housed (and continues to house) Wallack's Art Supplies.

Upstairs were about eight residential units. In 1979 through the support of John Wallack, I was able to lease a space as my studio. Over the years these artists have lived and worked in this building: Richard Nigro, Dan Sharp, Barbara Brown, Adrian Gollner, Marlene Creates, Olivier Asselin, Michael Lilley, Farouk Kaspaules amongst others.

In 1987, Gallery 101 signed a five year lease for the third floor. This move placed Gallery 101 in close proximity with a community of dynamically engaged artists, resulting in Councillor Diane Holmes referring to the space as “an artists’ building”. While occupying the 319 Lisgar site, Gallery 101’s programme included music and improvisational events featuring amongst others, in 1988 Bill Smith and David Prentice; David Lee in 1989 and Jean Derome in 1991.

In 1989, Hamish Buchanan and I presented a joint exhibition “A Formal Affair” at Gallery 101. Hamish’s mural-scale drawing of life-size figures and architectural form were in dialogue with my word-pieces and cibachrome photographs of archaic sculpture and architectural fragments in Italy. We worked for a year and a half on the precise linkages.

Two ground breaking exhibitions at Gallery 101 remain, for me, vividly impressed on my visual memory:

  1. Farouk Kaspaules 2005 exhibit on Iraq, and the systematic genocide waged by Sadim Hussein on the Marsh Arabs: “Traces” 28 April–9 May, 2005.
  2. Rehab Nazzal’s installation “Divide/Diviser” (January 9–March 26, 2010) dealing with the wall built by the Government of Israel to separate Israel from the Palestinians.

The exhibits utilised collage (in the case of Kaspaules) and video and photography (by Nazzal) to present the viewer with situations not openly portrayed in mass media.

As I look back at the list of artists, both Canadian and International, who have been involved with Gallery 101 since its founding, the list is impressive. Many started at 101 and went on to build substantial reputations.

In my mind the crucial role played/and to be continued, by Gallery 101, is to raise issues of a socio-political nature, whether concerned with sexuality, gender, race or economics. This is particularly important to a younger generation whose role is often censored out of mainstream institutions.


En 1969, mon mari Ron Sweetman, notre fils Bill et moi sommes arrivés à Montréal en provenance de Kingston, en Jamaïque, en tant que résidents permanents. Après six années incroyablement stimulantes à Montréal, nous avons déménagé à Ottawa en 1975. En comparaison, c’était une terre inculte sur le plan culturel. Peu à peu, nous nous sommes fait des amis au sein du milieu artistique : Richard Nigro, Jane Martin, Evergon, Jerry Gray. En nous joignant à CARFAC, nous avons pris conscience des questions culturelles et politiques propres à la capitale nationale.

La fusion des préoccupations culturelles et sociopolitiques a mené à la création embryonnaire de Galerie 101, située au 101 de la 4e Avenue dans le quartier Glebe. La galerie s’est constituée en personne morale en 1981. Bien que j’aie assisté à des événements à Galerie 101 dès 1980, j’ai participé pour la première fois à une exposition collective, « Images of Sexuality », en 1985, à l’invitation de Marie-Jeanne Musiol.

En 1987, Galerie 101 a emménagé au 319 rue Lisgar. C’est dans cet édifice, à l’intersection des rues Bank et Lisgar, qu’était situé le magasin de fournitures artistiques Wallack. Le magasin s’y trouve encore.

À l’étage, il y avait environ huit unités résidentielles. En 1979, avec le soutien de John Wallack, j’ai pu louer une unité qui me servait d’atelier. Au fil des ans, plusieurs artistes ont vécu et travaillé dans cet édifice : Richard Nigro, Dan Sharp, Barbara Brown, Adrian Gollner, Marlene Creates, Olivier Asselin, Michael Lilley, Farouk Kaspaules, entre autres.

En 1987, Galerie 101 a signé un bail de cinq ans et a pris possession du troisième étage. Ce déménagement a placé Galerie 101 à proximité d’une communauté d’artistes activement engagés. La conseillère Dianne Holmes a alors déclaré que ce bâtiment était un « édifice d’artistes ». Au cours de son séjour au 319 Lisgar, Galerie 101 a inscrit des manifestations de musique et d’improvisation à sa programmation, notamment Bill Smith et David Prentice en 1988, David Lee en 1989 et Jean Derome en 1991.

En 1989, Hamish Buchanan et moi avons présenté une exposition commune « A Formal Affair » à Galerie 101. Les dessins de figures et de formes architecturales grandeur nature exécutés sur les murs par Hamish donnaient la réplique à mes œuvres mots et mes photos Cibachrome représentant des sculptures archaïques et des fragments architecturaux d’Italie. Nous avons travaillé pendant un an et demi pour établir les bons rapports entre nos œuvres.

Il y a eu deux expositions novatrices à Galerie 101 qui ont marqué à jamais ma mémoire visuelle :

  1. Celle de Farouk Kaspaules, intitulée « Traces », qui a eu lieu du 28 avril au 9 mai 2005 et qui portait sur l’Irak et le génocide systématique perpétré par Sadam Hussein contre les Arabes des marais.
  2. L’installation de Rehab Nazzal, « Divide/Diviser » (du 9 janvier au 26 mars 2010), qui abordait la question du mur construit par le gouvernement israélien pour séparer Israël des Palestiniens.

Pour présenter aux spectateurs des situations qui ne font pas d’habitude la nouvelle dans les médias, Kaspaules a utilisé le collage et Nazzal, la vidéo et la photographie.

Quand j’y pense, la liste de tous les artistes (du Canada et de l’étranger) qui ont participé à la vitalité de Galerie 101 depuis sa fondation est impressionnante. Plusieurs d’entre eux ont commencé leur carrière à G101, puis ont poursuivi leur cheminement pour acquérir une grande renommée.

Dans mon esprit, le rôle crucial joué par Galerie 101 (et qui doit se poursuivre) est de soulever des questions de nature sociopolitique, qu’il s’agisse de sexualité, de sexe, de race ou d’économie. C’est particulièrement important pour la jeune génération dont la voix est souvent censurée par les institutions culturelles établies.

101, avenue Fourth Avenue
101, avenue Fourth Avenue

1980s

John Jackson

Back around 1983, my wife Kareen and I decided to visit Gallery 101, located on Bank Street at the time, near Lisgar. We noted a two-way video on the entrance to the building so that one could be seen and heard upstairs in the Gallery. Upon going upstairs, we noticed about 8 TV screens focused on the downstairs area as you pass the Gallery on the street. This was very exiting and probably, at that time, only could be shown at an artist-run center. At the opening, I spoke to many people, and one in particular, the Board Treasurer. Later in the evening, he came over to me and asked if I would like to become treasurer. I said sure. The next day, he resigned from the Board and I became its treasurer.

Gallery 101 has had to deal with many issues in its 30 years of existence, which have been successfully dealt with. The caliber of work shown there, the competence of its staff and the innovativeness of shows have always been A-1.

I have always understood the significance of the Arts in our community. I’m not sure that I could survive without it. The Arts breath life into our existence. As you all know, the Arts can be threatening, as they speak the Truth. Go back to Hitler and his decedent art, Stalin’s killing off of most of the writers and artists in the early 1950s and other countries around the world trying to silence the Arts.

The only cautionary note that I have ever given anyone running an Arts organizations is: Leave your Ego at Home.


C’était en 1983, je crois. Ma femme Karen et moi avions décidé de visiter Galerie 101, alors située sur la rue Bank près de Lisgar. Nous avions remarqué qu’il y avait une vidéo bidirectionnelle à l’entrée du bâtiment. Ainsi, nous pouvions être vus et entendus à l’étage de la galerie. En montant, nous avions remarqué environ 8 écrans de télévision qui montraient ce qui se passait sur la rue devant la galerie. C’était très excitant. Et sans doute qu’à cette époque, il n’y avait que dans un centre d’art autogéré que l’on pouvait filmer et montrer de telles images. Lors du vernissage, j’ai parlé à plusieurs personnes, en particulier au trésorier du conseil d’administration. À la fin de la soirée, il m’a demandé si je voulais devenir trésorier. J’ai répondu : « Bien sûr. » Le lendemain, il a démissionné de son poste au conseil et je suis devenu trésorier.

Galerie 101 a dû affronter bien des difficultés au cours de ses 30 années d’existence et elle a toujours su relever les défis. La qualité des œuvres qu’on y a présentées, la compétence de son personnel et le caractère novateur des expositions ont toujours été de premier ordre.

J’ai toujours compris l’importance des arts dans nos collectivités. Je crois que je ne pourrais vivre sans les arts. Les arts donnent à la vie tout son sens. Comme nous le savons bien, les arts peuvent être perçus comme une menace parce qu’ils parlent de vérité. Reportez-vous à Hitler et à son art défunt, à l’assassinat par Staline de la plupart des écrivains et des artistes au début des années 50, à tous les autres pays du monde qui tentent de réduire les arts au silence.

Je n’ai toujours offert qu’une seule mise en garde à quiconque dirigeait un organisme artistique : « L’ego n’a pas sa place ici ».

101, avenue Fourth Avenue